Mal élu, mal aimé !

Mal élu, mal aimé !

Lorsque l’état de santé du président gabonais Ali Bongo Odimba a fuité dans la presse dès le mercredi 24 octobre, les réseaux sociaux se sont affolés, et la rumeur de son décès s’est répandue comme une traînée de poudre de Libreville à Makokou, en passant par Lambaréné, et de Port Gentil à Franceville dans le Haut-Ogooué chez les Batéké, le clan ethnique présidentiel. M&e......Lire la suite